Partagez
Aller en bas
avatar
Typing Bad
Admin
Messages : 8
Date d'inscription : 21/07/2017
http://mbti.forumactif.com

Quelques conseils pour les recherches de type

le Jeu 9 Nov - 20:13

Conseils pour les recherches de type       O



En plus des règles de la section, voici une liste de conseils ou de points de réflexion concernant les problèmes fréquents dans les recherches de type, en particulier à propos des tests sur internet et la façon d'argumenter sur le type de quelqu'un.

Il ne s'agit pas, bien évidemment, d'être exhaustif, et cela relève d'un avis forcément subjectif sur ce sujet.

L'intérêt des tests



Beaucoup de personnes découvrent le MBTI en tombant par hasard sur le test où en étant poussé par une connaissance à le passer. Ceux-ci fournissent une bonne porte d'entrée vers le modèle et, dans pas mal de cas, conduisent à un premier résultat décent.

Cependant, un test n'est ni plus ni moins qu'un formulaire, c'est-à-dire un amas de cases à cocher qui se contente de faire un calcul basique (généralement, en attribuant une pondération à chaque question, et un nombre de points gagnés/perdus pour une dichotomie ou une fonction donnée, le tout sommé). Exprimé plus simplement, le test ne procède à aucune magie : il se contente de vous recracher ce que vous lui avez dit, sous une autre forme afin d'avoir une vue plus globale. De nombreux biais peuvent intervenir dans la façon dont vous répondez aux questions, dont voici une liste non exhaustive :


  • Votre compréhension des questions en elle-même, et leur différence par rapport à la vision qu'en a la personne qui a créé le test. Typiquement, les questions "Avez-vous souvent des visions ?", "Êtes-vous organisé ?", "Comparez-vous vos expériences présentes avec vos expériences passées ?" peuvent être interprétées de plusieurs façons, et présentent donc une ambiguïté non-négligeable.
  • Votre façon de lier ce que vous avez compris de la question avec votre expérience personnelle. Certains sont plus prompts à cocher "oui" partout pour peu que ce soit "parfois", tandis que d'autres personnes sont beaucoup plus radicales et ne mettent "oui" que si c'est "tout le temps"... Chacun a plus ou moins sa manière de cocher les cases.
  • Ajoutons à cela le fameux effet Barnum, ou la tendance à se reconnaître dans des descriptions/traits vagues.
  • Votre compréhension du mécanisme et de la théorie, au fur et à mesure que vous enchaînez les tests. Vous passez la première fois les tests en "aveugle", mais les liens entre dichotomies/fonctions et questions vous apparaissent petit à petit évidents. Cela peut pousser (plus ou moins consciemment) à modifier ses réponses pour obtenir le type que l'on souhaite, ou le type que l'on pense avoir.
  • Par ailleurs, une écrasante majorité de tests se base sur les dichotomies, et non pas sur les fonctions, pour évaluer le type. Inutile de préciser les erreurs qui en découlent...


À noter : l'exemple des tests a été pris ici, mais ces biais s'appliquent également aux descriptions plus ou moins précises que l'on peut lire sur internet, et aux questions qui pourront vous être posées pour vous aider dans votre typage.

Au regard des problèmes que posent le test, et malgré leur intérêt pour la découverte du MBTI, on peut en tirer les conclusions suivantes :

  • Passer pléthore de tests pour déterminer son type n'a pas d'utilité, et pourra même ajouter - dans certains cas - de la confusion.
  • Le test n'a pas valeur d'argument dans une discussion pour déterminer un type. Si un test vous a "dit" que vous étiez X, mais que vous pensez / que les participants à la discussion sont unanimes à propos d'Y, c'est bien le test qu'il faut remettre en question. De même, alterner par exemple entre I et E, ne signifie pas être "un peu des deux".


Poster sa recherche



Toutes les personnalités sont différentes, c'est pourquoi il n'existe pas de méthode exacte et systématiquement efficace qui permettrait d'obtenir le "bon" résultat rapidement. Cependant, on peut donner quelques conseils généraux qui permettent de faciliter le travail ou d'éviter les erreurs les plus fréquentes.

Structurer son texte est à la portée de tous, même des P ! Développer une idée par paragraphe, garder une sorte de cohérence dans le texte, et synthétiser en début/fin de message permettent de savoir où vous voulez en venir et donc de clarifier votre propos, ce qui n'est pas du luxe dans une discussion vouée à faire intervenir nombre de notions plutôt subjectives/abstraites/floues. Une façon simple de présenter son premier message pourrait être la suivante :
- Une introduction pour expliquer ce qui vous amène (votre type, celui d'un proche, si vous venez de découvrir le MBTI, si vous étiez sûr depuis des années mais vous remettez en question à cause d'un élément particulier...). Si vous venez de nous rejoindre, n'hésitez pas à ajouter un lien vers votre présentation.
-  L'état de votre recherche : si vous avez passé quelques tests et ce qu'ils ont donné, les points sur lesquels vous êtes certains, ceux sur lesquels vous doutez, les questions principales que vous vous posez.
- Pour chaque élément, un paragraphe (ou plus) dont la première phrase donne l'idée/la question, et dont la réponse est développée par une succession plus ou moins logique.

N'hésitez pas, pour appuyer vos propos, à utiliser et citer des sources (fiches publiées sur le forum, descriptions trouvées sur internet, livres...) puis à les commenter, par exemple en comparant un texte décrivant une fonction et en mentionnant ce qui colle ou non à votre profil, et pourquoi. Si vous avez un concept personnel important à développer, le définir par une source externe ou par vos propres mots permettra à tout le monde de partir du même point.

Attentions cependant, les sources sont plus ou moins pertinentes. C'est pourquoi il est important, en plus de les citer, de les remettre dans leur contexte. Un problème fréquent est l'utilisation d'arguments impliquant d'autres grilles de lecture ou des théories s'éloignant du coeur même du MBTI - voir les sujets Des limites des dérives des modèles de développement personnels et De Jung au MBTI pour plus de précisions. Cela ne signifie pas qu'il est interdit de les mentionner pour expliquer un certain point de votre personnalité qui pourront nous aider à mieux vous cerner, mais le jugement de l'appartenance à tel ou tel type doit se faire selon les critères propres à la typologie concernée.

Il vous viendra sûrement à l'idée de partir sur les attitudes de vos proches pour établir une comparaison avec votre propre personne ("Mon amie Jacqueline est INFJ, mais je la vois tout le temps..... contrairement à moi qui....."). L'observation est un bon moyen de discerner des comportements récurrents chez les individus et d'illustrer les types avec des exemples. Cependant, deux individus ayant le même type peuvent apparaître totalement différents (il y a plusieurs façons "d'utiliser" une fonction, plusieurs niveaux de développement, plusieurs environnements...), et de la même façon, deux individus ayant des attitudes communes ne sont pas nécessairement régis par le même processus cognitif.

Enfin, gardons à l'esprit qu'un élément isolé ne signifie rien. Tout le monde peut avoir des valeurs, tout le monde peut être direct dans ses propos, tout le monde peut savoir cuisiner... et tout cela n'oriente vers aucune fonction en particulier. C'est davantage un ensemble de traits et de comportements qui, mis ensemble et analysés correctement, sembleront induire un certain processus cognitif. Il est donc superflu de chercher à voir des fonctions partout et à extrapoler le moindre fait et geste.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum